Prédication disponible en format audio.

Bonjour à tous, à tous ceux qui nous écoute sur les ondes de radio Arc en Ciel et à tous les internautes qui nous suivent sur www.jevismafoi.com .

Avant de commencer, nous demandons à Dieu de nous envoyer son Esprit Saint afin de nous aider à bien méditer, à ouvrir nos yeux et nos oreilles de chair pour que nous puissions accueillir sa Parole sous le regard de la foi.

La méditation :

La première lecture de ce jour nous parle de « cœur brisé », « d’esprit humilié ». Cela m’interroge et je me demande « Qu’est ce que Dieu attend de moi ? ». Oui, qu’attend-il de moi et tout spécialement à chaque fois que je suis en carême ? Que veut-il me faire vivre ? C’est vrai qu’à chaque carême je prends la résolution de faire plein de choses. Et à la fin du carême, je me dis c’est bon, j’ai réussi. Je suis allé à la messe, j’ai prié plusieurs fois par jour, j’ai jeuné. Waouh, c’était difficile mais j’ai réussi. Mais, en fait, est-ce que je ne dis pas cela à haute voix pour que les autres entendent ce que j’ai fait et attirer le regard sur moi ? Ces actes extérieurs peuvent être bons, mais ont-ils contribués à changer mon cœur ? Plutôt que de « déchirer mes vêtements », mon « coté extérieur », ne faut-il pas plutôt que « déchirer mon cœur », c’est-à-dire mon « côté intérieur »?

Le problème, c’est que, parfois, côté « cœur », nous sommes dans une certaine routine. Cette routine qui me pousse à faire les choses comme d’habitude, à me plaire dans mon confort  sans vouloir le moindre changement. Comme disait le pape François lors des JMJ en 2016, je suis dans mon canapé. Peut-être les doigts de pied en éventail, une boisson pétillante dans une main et un paquet de chips dans l’autre. Je suis bien. Le temps du carême nous invite à sortir de cette routine, de ce qu’on peut appeler « métro, boulot, dodo »…

Réussir son carême ce n’est pas se dire que j’ai fait les choses comme il fallait mais avoir comme modèle Jésus. Et Jésus, pendant ces 40 jours au désert, va se retrouver seul avec son Père et entrer dans le combat des tentations… Avec Jésus, nous aussi, nous allons entrer dans ce combat dont l’ennemi principal est ce « mal » qui habite nos cœurs… Mais pour cela, il nous faut d’abord être « armés », sinon, nous allons le perdre… Mais Dieu nous donne tous les moyens nécessaires, notamment ce que l’on nomme les 3 « P ».

Le premier « P », c’est le « Partage » ou l’aumône. Jésus ne nous dit pas combien il faut donner mais il nous dit comment faire. Nous pouvons lire en Mt 6,3 : « Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite ». Ainsi, quand je donne, je ne dois pas attirer les regards sur moi pour montrer que j’ai donné quelque chose. Il s’agit d’agir dans le secret, dans la discrétion. Partager, c’est vivre l’amour du prochain, ce qui, nous dit Jésus, est la même chose qu’aimer Dieu (Mt 22,34-40)…

Le deuxième « P », c’est la « Pénitence » ou le jeûne. Cela touche à notre péché, à notre égoïsme, à tout ce qui nous replie sur nous-mêmes… « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive » (Mt 16,24). Mourir à soi-même, c’est s’ouvrir au prochain, pour l’aimer, ce qui, nous dit Jésus, est la même chose qu’aimer Dieu (Mt 22,34-40)…

Le troisième « P », c’est la « Prière ». C’est se mettre en cœur à cœur avec Dieu. Le Bienheureux Charles de FOUCAULD nous dit « prier c’est penser à Dieu en l’aimant », donc prier c’est tout simplement aimer Dieu, ce qui, nous dit Jésus, est la même chose qu’aimer son prochain (Mt 22,34-40)…

Ces trois moyens que sont les 3 « P » nous sont proposés pour nous aider, avec le secours de la grâce, à changer, dans nos cœurs et dans nos vies, ce qui doit l’être… Avec eux, nous entrons dans ce combat contre le mal qui nous habite et qui nous empêche d’aimer, de nous aimer, d’aimer le prochain, d’aimer Dieu. Et le véritable entrainement dans ce carême n’a pas pour but premier de lutter contre le mal : c’est un entraînement à l’Amour…

A l’Amour de Dieu, rien n’est impossible… Quel que soit le péché que nous pouvons commettre, si nous consentons à nous repentir, rien ne peut empêcher Dieu de nous réconcilier avec lui. « Maintenant, dit le Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur, car je suis tendre et miséricordieux » (Joël 2,12-13).

Jésus nous invite à vivre ce temp de carême dans la discrétion, que ce soit au niveau du partage, de la pénitence ou de la prière. Nous avons un grand exemple de discrétion en la personne de Saint Joseph. On ne parle pas beaucoup de lui dans la Bible, mais il a toujours été présent pour Marie et Jésus. Il les a aimés et servis. A son exemple, nous aussi, aimons et servons…

 

Prions Saint Joseph avec l’aide de Saint Thérèse:

Père tout‑puissant et miséricordieux, tu as donné pour époux à la Vierge Marie, un homme juste et bon, Joseph, fils de David, et tu l’as choisi comme « père de cœur » pour ton Fils, Jésus. A sa prière, accorde maintenant à ton Église la force d’aimer et de servir tous les hommes, à la suite de ton Fils, l’Unique Sauveur du monde. Que nous puissions ainsi contribuer tous ensemble à ce que ta volonté s’accomplisse, toi qui veux que tous les hommes soient sauvés et vivent avec toi dans ta lumière et dans ta paix, dès maintenant et pour les siècles des siècles. Amen 

Méditation du Mercredi 9 mars 2021 – Erick Bernon, laïc

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

Categorized in:

Carême 2021, Erick Bernon,

Last Update: mars 9, 2021