12
Mar
2014
0

Oser redécouvrir notre piété populaire locale

Prédication disponible en format audio.


Notre pape François tient en haute estime la piété populaire au point de la qualifier de « force évangélisatrice » : elle incarne l’expression authentique de l’action missionnaire spontanée du peuple de Dieu. Il s’agit en réalité d’une réalité en développement permanent où l’Esprit Saint est l’agent premier (§122). Le pape poursuit en reprenant Paul VI : La piété populaire traduit une soif de Dieu que seuls les simples et les pauvres peuvent connaître, elle rend capable de générosité et de sacrifice jusqu’à l’héroïsme lorsqu’il s’agit de manifester la foi.  Plus près de nous, Benoît XVI, en Amérique Latine, a signalé qu’il s’agit d’un précieux trésor de l’Eglise catholique (§123).

Précisons notre thème : qu’est-ce que la piété populaire ? « Piété » vise l’ensemble des formes multiples et variées, dans et à côté des célébrations liturgiques, pour exprimer avec simplicité et ferveur la foi en Dieu et l’amour de nos frères. « Populaire » désigne ici un peuple localisé en un endroit donné : c’est nous, Réunionnais vivant à la Réunion. Comme l’écrit notre évêque Mgr Aubry en utilisant l’image du corail : nous sommes des récifs de madrépores et races de sang mêlés, oui ! Mais ce cri n’est point bâtard : c’est l’âme d’un peuple aux racines de fierté.  Bref, la piété populaire ne désigne pas ce que vivent et font les autres, mais nous-mêmes et notre vécu religieux créole, réunionnais.

tumblr_inline_n2a1pblheZ1szgea8

Par conséquent, à la suite du pape et de l’enseignement de l’Eglise, notre premier réflexe intérieur premier est d’estimer les actes de dévotion et de prière. Respecter signifie ne pas dénigrer, ni avoir un sourire au coin des lèvres lorsque nous voyons ou entendons certaines choses.  Certes, tout n’est pas acceptable, il existe des éléments à purifier. Mais avant de le faire, le réflexe premier est : respecter cette « anthropologie créole », expression utilisée par notre évêque, qui désigne notre sensibilité et notre vécu. Illustrons notre propos avec la future fête des Rameaux : nos églises vont se transformer en « salle verte », nos fidèles vont apporter des brassées et des « cargaisons » de rameaux qui seront vigoureusement brandis pendant la bénédiction. J’ai même vu certains fidèles plonger leurs branchages dans le bénitier à la sortie de la messe, alors qu’ils avaient été copieusement bénis en début de célébration. Faut-il s’en amuser ? Non. Notre sensibilité locale aime toucher et être bénie : nous sommes faits comme ça. C’est notre piété populaire, profondément enracinée dans nos tripes et dans notre âme.

Seigneur, nous commençons notre Carême

avec la prière, le jeûne et l’aumône et le chemin de croix de vendredi.

Rends-nous disponibles à toi, éclaire-nous 

et affermis nos pas chaque jour que tu nous donnes, toi qui nous aimes.  Amen.

Père Pascal CHANE-TENG

Chemin de Carême, le 12 mars 2014

You may also like

« Il se souvient de sa Miséricorde, comme il l’avait dit à nos Pères »
LA VIERGE MARIE MERE DE MISERICORDE
« JE SUIS AVEC VOUS TOUS LES JOURS… » (Mt 28,20)
Un Seigneur fort et vaillant

Leave a Reply