Prédication disponible en format audio.

Avant de commencer, nous demandons à Dieu de nous envoyer son Esprit Saint afin de nous aider à bien méditer l’évangile de ce jour, à ouvrir nos yeux et nos oreilles de chair pour que nous puissions accueillir sa Parole sous le regard de la foi.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 2, 41-51a)

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.

C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! ». Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? ». Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis.

La méditation :

Je ne sais pour vous, mais à douze ans, encore enfant voir au début de l’adolescence, je n’avais pas vraiment la sagesse d’un adulte. Et si mes parents m’emmenaient dans une grande ville pour une grande fête comme la fête de la Pâque, à cet âge, je dépensais plus mon énergie à jouer, à faire la fête, à m’émerveiller des joies du monde et surtout pas à passer tout mon temps dans les églises. Et là, au travers de l’évangile de ce jour, nous voyons que dès son plus jeune âge Jésus est humble et sage. A la fin de la fête, ses parents rentrent chez eux et ce n’est qu’au bout d’une journée qu’ils s’aperçoivent de son absence. Jésus est resté à Jérusalem ; il ne s’agit pas d’une fugue, ses parents le retrouve au bout de trois jours au Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi, les écoutant et leur posant des questions. Et l’évangile nous dit : « Et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses ». Il est sûr que ses questions étaient très instructives. Fils de Dieu vivant et pleinement Dieu, il aurait pu les enseigner. Mais non, il les écoute et les questionne. Lui si grand se fait tout petit et humble.

Jésus manifeste ici sa propre volonté et révèle son lien unique et porteur de sens avec son Père. « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? », dira-t-il à ses parents lorsqu’ils le retrouvèrent. C’est le fondement de son être, c’est cette attitude de foi et de service qui est pour nous exemplaire.

La fin de l’évangile souligne le paradoxe du « Fils de Dieu » qui dépend simplement de Dieu le Père, mais qui revient à une vie d’obéissance à ses parents terrestres, alors qu’ils ne peuvent pas encore comprendre pleinement le mystère profond de son être, ni les exigences radicales de sa mission. Il est l’enfant dont rêve tous les parents, obéissant, sage et humble.

Nous pouvons approfondir un peu plus l’évangile du jour en nous demandant :

  • Pour qui me suis-je déjà inquiété profondément alors que je le cherchais ?
  • Quelles réponses de nos enfants ou petits-enfants n’avons-nous compris que plus tard ?
  • Qu’est que le Seigneur m’a déjà dit et que je n’ai compris que plus tard ?

Prions :

Seigneur, j’ai souvent du mal à comprendre ta Parole, j’ai besoin de l’aide de l’Esprit Saint pour m’éclairer. Apprends-moi à te faire entièrement confiance, à marcher dans tes pas et à faire ta volonté. Apprends-moi a aimer les autres, tous les autres, sans exception ni condition, comme tu le fais, toi… Tu es un Dieu d’Amour et de Miséricorde, qu’à ton exemple je puisse moi aussi devenir Amour et Miséricorde. Fortifie ma petite foi.

Jeudi de la 3eme semaine de Carême – 19 mars 2020 – Erick Bernon, Laïc

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

Categorized in:

Carème 2020, Erick Bernon,

Last Update: mars 19, 2020